Je suis marathonienne ! (récit du marathon du Golfe de Saint-Tropez 2019)

Alors voilà le dimanche 31 mars 2019 je suis devenue marathonienne. Un marathon, j’en rêvais depuis que je me suis mise à courir. Mais ça me paraissait irréalisable, je ne pensais pas qu’un jour j’oserai m’inscrire et encore moins que j’en serai capable. Et pourtant je l’ai fait ! Arrivée à Sainte Maxime à 6h45, à cause du blocage des routes et un tout petit degré dehors. Ca caille ! On patiente au chaud dans la voiture et en route pour la traditionnelle queue aux toilettes avant le départ… une belle galère (5 toilettes pour plus de 2000 coureurs). 7h45 il est temps de rentrer dans le sas. Tout le monde se gèle mais une belle ambiance. Je me mets derrière ma super meneuse d’allure 4h15 @iza_belle07 , sans aucune certitude sur mes capacités à la suivre, mais bien déterminée à le faire. Mes écouteurs et ma playlist lancée, 8h02 le départ est donné.

C’est parti pour des heures de run jusqu’à Cavalaire ! Les sept premiers kilomètres passent très vite, je suis bien le rythme et les bons conseils d’Isabelle pour les ravitaillements (n’en louper aucun et les faire en marchant). Elle est au top et ça m’aide beaucoup. Port-Grimaud, une belle petite montée mais tout va très bien, le cadre est magnifique.

Je suis marathonienne ! (récit du marathon du Golfe de Saint-Tropez 2019)
Crédits photo : photorunning.fr

17ème km, on arrive à Saint-Tropez. Son magnifique port, on vois les coureurs de la Transgolfe arriver à leur but et on se dit qu’il reste plus de la moitié à faire ! Mes pieds commencent déjà à chauffer, je me dis que ça va être dur même si au mental j’essaie de les oublier… 25ème km on est sur la route des magnifiques plages de Pampelonne, un petit garçon sur le bord de la route me tend la main pour un check qui m’a fait monter les larmes. Je suis juste heureuse et fière d’être là, et je suis toujours très bien la meneuse d’allure.

On arrive au 30ème km et là on rentre dans le dur… Monter le col de Colebasse, pas la peine d’insister cette fois je dois laisser filer la meneuse, plus possible pour moi de la suivre. Je vois que les autres coureurs galèrent comme moi, on alterne marche et course jusqu’en haut, c’est dur. Le ravitaillement en haut, les mots bienveillants des bénévoles, je décide de faire une petite pause photo pour reprendre mes esprits. Mes pieds sont vraiment douloureux…

Allez on repart, la vue est à couper le souffle, la descente redonne le moral et je suis d’un seul coup en pleine forme ! Incroyable mais j’en profite et j’avale les 34, 35 et 36 à un super rythme (le 34 est même le plus rapide de mon marathon !). La plage de Gigaro, sublime. Mais je commence à avoir mal au ventre… et bien sûr pas de toilettes en vue.

37ème km, douleurs atroces au pied gauche, je sais que les ampoules sont là… et ça grimpe encore ! Je souffre, je marche et un gentil monsieur à côté qui n’en peut plus (lui c’est les jambes) me rebooste, on se dit qu’on a de la chance d’être là et en pleine santé, on repart ! 40ème km, un ravito et ouf, des toilettes ! Tant pis je m’arrête 2min et ça soulage mes douleurs au ventre.

Allez plus qu’un peu plus de 2kms ! On est dans Cavalaire, en bord de mer, c’est sublime et je pleure. Je réalise que je vais réussir (rien que de l’écrire les larmes montent encore). J’aperçois l’arche bleue au fond, l’émotion est dingue, j’ai hâte de voir mon fils et ma famille. Mais finalement l’arrivée est encore un peu plus loin, les spectateurs sont géniaux, ils m’encouragent et me poussent…

La ligne d’arrivée, je pleure c’est juste fou d’avoir bouclé ce marathon. Je vois écrit 4h25 mais honnêtement là je m’en fous. J’ai fini, je suis marathonienne et je reçois ma médaille. Le bonheur ! Prendre mon fils dans les bras… mon mari… mes parents qui me disent qu’ils sont fiers de moi. Cette expérience est clairement la plus dingue de ma vie, j’ai repoussé mes limites. Alors surtout ne laissez jamais les doutes ou la peur vous faire renoncer. Si vous en rêvez, faites le ! (et préparez vous bien évidemment)

Un énorme merci à la belle @iza_belle07 , grâce à qui j’ai super bien démarré ce marathon sans avoir regardé ma montre sans arrêt, qui m’a donné le bon rythme et les bons conseils. Et un coup de chapeau à tous les bénévoles qui ont rendu ce 2ème marathon du Golfe de Saint-Tropez encore plus beau, par leurs gentils mots et leurs encouragements. Vraiment ils étaient géniaux ! Et aux spectateurs, qui m’ont boostée et encouragée durant tout ce long et difficile parcours sans même me connaître. Quel beau moment de partage et de communion ! Et bien sûr un énorme merci à ceux qui ont donné sur ma collecte marathon au profit de l’association Imagine for Margo, j’ai réussi à récolter 290 euros pour la lutte contre le cancer des enfants et ça me rend très fière.

Est-ce qu’un jour je participerai à un second marathon ? Honnêtement au jour d’aujourd’hui j’en ai aucune idée. C’était dur, très dur. Je ne suis pas sûre d’avoir envie de me réinfliger ça pour l’instant. Alors on verra si un jour cette folle envie me reprend…

print